Que tu l’appel la p’tite voix dans ta tête, le jugement ou l’autocritique, lorsque ton égo fait des siennes et qu’il brime ta créativité, il faut y remédier.

Notre égo a accumulé une multitude de truc, de messages très subtils et de toutes sortes au fil des ans. Il sait très bien comment les utiliser, il les dit justes au bon moment pour que tu restes dans ta zone de confort. Pour que tu n’oses pas être libre et t’aventurer sur ta propre voie créatrice.

C’est le temps d’amener à la lumière du jour, tous ces stratagèmes. L’égo aime la sécurité et le confort, alors pour éviter la nouveauté, il est le roi.

Mais laisse-moi te dire une chose que je sais, le seul maître à bord c’est toi.

Je te propose donc 3 astuces pour être en contact avec ce critique en toi qui ne t’épargnes pas la majorité du temps. Tu vas bientôt te rendre compte qu’il est bien plus présent que tu le penses dans ton quotidien, alors les trucs que je te propose sont utiles dans toutes les sphères de ta vie. Je les mets dans le contexte de la création pour que ce soit concret et utile pour que tu puisses créer librement.

Je conseille de débuter avec le premier pendant quelques jours, et d’ajouter le deuxième et le troisième par la suite. Au bout d’une semaine tu devrais être en mesure de les utiliser tous les trois, un à la suite des autres. Plus tu te pratiques, plus c’est facile.

Écouter

Tout d’abord, il faut de l’attention et de l’écoute. Tu ne peux pas être consciente de tes pensées automatiques, si tu ne décides pas d’être à l’écoute de la voix qui parle dans ta tête, ton égo ou ton mental, peu importe son nom. La première étape consiste à écouter tes pensées. Tu peux prendre en note toutes les pensées négatives, qui portent un jugement ou une critique.

Un bon truc pour y arriver est de se mettre dans une situation nouvelle de création. Tu choisis de créer quelque chose de nouveau et tu écoutes ton égo.

Tu ne sais pas quoi créer, voici quelques suggestions : dessiner spontanément, écrire un poème, faire un gribouillis pour le plaisir, ça déstabilise un égo ou écrire avec ta main non dominante (la gauche pour les droitiers).

Après quelques jours à écouter et à être attentive à tes pensées, tu risques de te rendre compte que ton égo est très actif, et ce toute la journée. Observe-le.

Reconnaitre

Après cette période d’observation, tu vas le voir venir plus facilement, tu vas être beaucoup plus sensible à ses messages. Maintenant, tu dois passer par la phase d’acceptation. Reconnaitre qu’une partie de toi-même est souvent méchante, qu’elle te blesse et qu’elle t’empêche de t’épanouir artistiquement, car elle veut rester dans le confort, n’est pas une tâche facile. Prends le temps de faire de la place pour cette partie de toi. Tu ne souhaites pas demeurer dans ta zone de confort, il y a un monde à découvrir. Ton univers créatif ne demande qu’à être exploré pour briller.

Reconnaitre qu’il y a en toi ce critique est la seconde étape, elle peut sembler difficile. C’est une question d’habitude, plus tu seras consciente de sa présence et plus tu l’accepteras, moins elle prendra de l’ampleur. Tu pourras ainsi reprendre le contrôle de tes actions créatives puisque tu es celle qui décide. Tu choisis l’action plutôt que le confort.

Remercier

Remercie ton égo chaque fois qu’il te critique ou qu’il utilise une de ses ruses. Cette étape est ma préférée, elle semble déstabilisante au début, mais avec le temps cela devient un automatisme. Lorsque tu entends ton égo te dire, ‘’ tu n’es pas bonne en dessin’’ par exemple, et bien tu lui réponds ‘’ merci, mais j’ai décidé que je dessinais’’.

Cela te permet de te sentir responsable des actions que tu choisis de faire et renforce ta confiance.

Tu coupes le pouvoir et l’influence de ton égo sur ta créativité.

Plus souvent, tu remettras ton égo à sa place, c’est à dire :  celle d’une simple pensée et non de la vérité ou de la réalité, plus il perdra son pouvoir. Ainsi tu t’apercevras qu’il commence à être moins présent, à être moins fréquent quand tu décides d’être dans la création.

 

Il est important d’être en mode observation pour voir comment le processus de pensée, de jugement ou de critique affecte ta créativité, limite tes actions et ton pouvoir créatif. Il ne faut pas te mettre de la pression ni entrer en combat avec ton esprit critique.

Apprends à le connaitre et à l’apprivoiser

 

 

Exprimez-vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s